Partager son logement

Publié le : 
12 janvier 2015
- Mis à jour le : 
19 août 2019

Partager son logement est une pratique qui se développe chez les personnes âgées à travers notamment la cohabitation intergénérationnelle et les colocations de seniors.

Partager son logement présente des avantages : la possibilité de continuer à vivre chez soi, une présence rassurante à la maison, et des économies réalisées grâce au partage des frais.

Partager son logement dans le cadre d’une cohabitation intergénérationnelle solidaire

La cohabitation intergénérationnelle solidaire offre la possibilité pour des jeunes de moins de 30 ans (étudiants, apprentis…) de pouvoir être logés chez des personnes âgées de 60 ans et plus, dans les logements dont elles sont propriétaires ou locataires.

A noter : si la personne âgée est locataire, elle doit respecter les conditions fixées par le bail locatif. Elle doit également informer son bailleur et recueillir son consentement. En effet, il est possible que des propriétaires s’opposent à cette opportunité. Si tel est le cas, cette condition devra faire l’objet d’une inscription dans le bail locatif ou d'un avenant au bail.

La personne âgée propose une partie du logement qu’elle occupe au jeune en contrepartie d’une présence rassurante, de menus services ou d'une participation financière. Il s’agit bien de menus services et non d’aide à la personne. Le jeune ne doit pas se substituer à une aide à domicile.

Pour les personnes âgées, la cohabitation intergénérationnelle solidaire est un moyen de rompre l’isolement. Pour les jeunes, il facilite l’accès à un logement à un coût modéré.

Outre une présence rassurante, la cohabitation intergénérationnelle solidaire permet de renforcer le lien social des personnes âgées qui peuvent également y trouver un intérêt financier. Des baisses de revenus brutales (passage à la retraite, décès du conjoint…) peuvent compromettre la possibilité de continuer à vivre dans sa maison ou son appartement du fait de charges devenues trop lourdes

Comment une cohabitation intergénérationnelle solidaire s’organise-t-elle ?

Il existe différentes formules de cohabitation intergénérationnelle solidaire :

  • la mise à disposition gratuite par une personne âgée d'une partie de son domicile à un jeune en contrepartie de temps de présence (assurer une présence la nuit par exemple) ou de menus services rendus sans participation financière aux charges,
  • la sous-location d'une partie de son domicile par une personne âgée à un jeune en contrepartie d’une participation financière modeste.

Comment la cohabitation intergénérationnelle solidaire est-elle encadrée ?

La durée de la cohabitation et la contrepartie, notamment financière, sont librement convenues entre les parties dans le cadre d’un contrat de cohabitation intergénérationnelle solidaire.

Définir le cadre de la cohabitation intergénérationnelle par le biais d’un contrat de cohabitation intergénérationnelle solidaire est important car le partage d’un même toit entre différentes générations pose parfois quelques difficultés. Il sera utile de prévoir dans ce contrat les modalités de la cohabitation et les engagements réciproques.

Lorsque l'une des deux parties décide de mettre fin au contrat, le délai de préavis applicable est d'un mois.

Est-il possible de bénéficier des aides au logement ?

Avec la loi Evolution du logement, de l’aménagement et du numérique du 23 novembre 2018 dite loi ELAN, un locataire sous-louant une partie de son logement à un jeune de moins de 30 ans pourra bénéficier des aides au logement s'il correspond aux critères d’attribution. Ce jeune de moins de 30 ans sous-louant une partie du logement pourra également bénéficier des aides au logement s'il correspond aux critères d’attribution.

Comment être accompagné dans un projet de cohabitation intergénérationnelle ?

Des associations promouvant la cohabitation intergénérationnelle solidaire se sont développées pour identifier les personnes âgées et les jeunes à la recherche d’un logement et les mettre en lien. Certaines associations, en plus de la mise en relation des personnes âgées et des jeunes, proposent également un suivi du binôme durant la cohabitation et un accompagnement des 2 parties.

Pour savoir si une association propose cela près de chez vous, contacter votre point d’information local dédié aux personnes âgées .

Partager son logement dans le cadre d’une colocation

La colocation permet aux personnes qui souhaitent adopter ce nouveau de mode vie de partager un logement.

Deux ou plusieurs personnes décident de co-louer un appartement ou une maison et de partager le montant du loyer entre elles.

C’est une solution avant tout économique puisqu’elle permet de bénéficier ainsi d’un logement plus grand, moins cher mais aussi d’une forme de vie conviviale.

Dans cet esprit, le concept de colocations de seniors s’est développé, avec l’idée de pouvoir également partager les frais d’aide à domicile en plus des frais de loyer.

Jusqu’alors plutôt développée dans le parc privé, la colocation est également possible dans le parc social. La loi ELAN du 23 novembre 2018 a élargi les possibilités de colocation dans le parc social à tous les publics, ce qui peut permettre des formes de colocation (intergénérationnelle ou pas). Si vous êtes intéressé, vous pouvez vous adresser à votre bailleur social ou à l’ADIL (agence départementale d’information pour le logement).