Suicide des personnes âgées : oser en parler

Publié le : 
10 septembre 2019
- Mis à jour le : 
18 septembre 2019

La journée mondiale de la prévention du suicide, le 10 septembre, est l’occasion de parler d’un sujet souvent passé sous silence : le suicide des personnes âgées de plus de 65 ans, qui  représentent la tranche de la population la plus à risque de décès par suicide. Focus sur une initiative mise en place en Bourgogne-Franche-Comté pour sensibiliser le public et libérer la parole.

Les personnes âgées : une population à risque

Le nombre de décès par suicide est faible comparé aux autres causes de décès chez les personnes âgées. Mais le risque de suicide est statistiquement très élevé par rapport aux autres tranches d’âge de la population.

Par ailleurs, une personne âgée accomplissant un geste suicidaire est en général animée d’une détermination forte comme en témoignent les moyens fréquemment employés (précipitation d’un lieu élevé, armes à feu, pendaison). Son geste entraine le plus souvent son décès.

Les principaux facteurs de risques identifiés sont :

  • le sentiment d’être isolé,
  • la dépression (souvent sous-traitée voire non traitée chez les personnes âgées),
  • une mauvaise santé,
  • la présence de troubles psychiques,
  • les situations de rupture (déménagement, deuil……).

La bonne santé physique et psychique ainsi que le soutien social jouent un rôle protecteur fort vis-à-vis du risque suicidaire chez les personnes âgées.

Oser en parler : un premier pas dans la prévention du suicide

« Oser parler de ses idées de suicide, c’est se donner la possibilité de se faire aider et de trouver des solutions (soutien psychologique, lutte contre l’isolement, aide à l’autonomie, lutte contre une douleur physique...) » souligne le Psycom dans sa brochure « Santé mentale et vieillissement ».

Pour sensibiliser au risque suicidaire chez les personnes âgées et libérer la parole, le pôle de gérontologie et d’innovation de Bourgogne – Franche-Comté s’est emparé de ce sujet. Depuis 2017, il a organisé 15 rencontres citoyennes dans le Doubs, en Haute-Saône et en Saône-et-Loire sur le thème : « Vous avez dit âgés ? On ne s’isole pas, on débat !  Citoyenneté, dépression, suicide chez les seniors : et si on en parlait ? ».

Ces conférences ont été mises en place sur un mode participatif et ont permis des échanges sur différentes thématiques : le passage à la retraite, le mal-être psychique, la dépression, la prévention des addictions, l’estime de soi, l’annonce du diagnostic ou de l’aggravation de la situation, l’anticipation de la fin de vie, l’isolement, le veuvage, l’entrée en institution d’un proche...

Oser en parler, pour contrecarrer l’idée reçue selon laquelle « parler avec une personne de ses intentions suicidaires, c’est faciliter son passage à l’acte ». Au contraire, c’est l’occasion pour la personne en souffrance de se sentir écoutée, et ainsi faciliter une demande d’aide et de soutien.