Flux RSS

S'abonner à Flux RSS S'abonner à Flux RSS S'abonner à Flux RSS

Novembre : Mois sans tabac

Publié le : 
6 novembre 2018
- Mis à jour le : 
6 novembre 2018

Tous les fumeurs sont invités à arrêter de fumer ensemble, pendant un mois, durant l’opération Mois sans tabac. Si tel est votre cas, de nombreux outils sont à votre disposition pour vous aider à arrêter de fumer. 

Après un arrêt du tabac pendant un mois, les chances d’arrêter définitivement sont multipliées par cinq.

Il n’y a pas d’âge pour arrêter de fumer. Si vous souhaitez  participer à l’opération, vous pouvez vous inscrire sur Tabac Info Service :

Un accompagnement personnalisé est prévu via l’application  mobile avec un programme d'e-coaching 100% personnalisé, des conseils de tabacologues, un suivi des bénéfices de l'arrêt au quotidien (économies et santé)…

Vous pouvez également consulter des outils pratiques pour tenir les 30 premiers jours : le livret Je me prépare, l’agenda 30 jours pour arrêter de fumer, la roue Je calcule mes économies…

Une communauté est également constituée sur les réseaux sociaux et il est possible de rejoindre des équipes thématiques ou géographiques pour trouver du soutien auprès d’autres personnes pour arrêter de fumer.

En savoir plus sur mois-sans-tabac.tabac-info-service.fr.

Comment l’autonomie est-elle évaluée ? Réponse en vidéo

Publié le : 
5 novembre 2018
- Mis à jour le : 
5 novembre 2018

Sophie a effectué une demande d’APA (allocation personnalisée d’autonomie) pour sa mère Jacqueline. Un professionnel du conseil départemental vient chez Jacqueline effectuer une visite d’évaluation de ses besoins et sa situation. Il va aussi évaluer son niveau d’autonomie, appelé le GIR.

Cette vidéo est l’une des 15 vidéos diffusées sur France 3 et France 5 en septembre 2018 dans le cadre du programme « Ensemble pour l’autonomie » parrainé par le portail pour-les-personnes-agees.gouv.fr. Les autres vidéos sont disponibles dans la vidéothèque du portail

Articles et dossiers associés: 

Le GIR (groupe iso-ressources) correspond au niveau de perte d’autonomie d’une personne âgée. Le...

Une évaluation de vos besoins à domicile est réalisée, dans le cadre d’une demande d’APA, par...

L’APA (allocation personnalisée d’autonomie) à domicile aide à payer les dépenses nécessaires...

Tablettes pour personnes âgées : comment choisir ?

Publié le : 
25 octobre 2018
- Mis à jour le : 
25 octobre 2018

L’INC (institut national de la consommation)  a réalisé une étude comparative de tablettes simplifiées dédiées aux personnes âgées. Cette étude a permis de distinguer les tablettes les plus adaptées aux besoins spécifiques des personnes âgées.

Des tablettes spécialement conçues pour les personnes âgées sont disponibles sur le marché. Elles proposent en général une interface simplifiée qui permet une meilleure prise en main de la tablette et facilite l'accès aux ressources sur internet via des applications.

Afin de permettre aux personnes âgées de mieux choisir leur tablette, le centre d'essais comparatifs de l'INC a organisé une étude de terrain avec le CEN STIMCO (Centre d'expertise national en stimulation cognitive) sur un panel de 20 testeurs et a réalisé des tests techniques en laboratoire sur 7 tablettes simplifiées dédiées aux personnes âgées.

Les 7 tablettes ont été évaluées sur les critères suivants : qualité technique, commodité d’emploi pour les personnes âgées, commodités d’emploi pour les aidants. L'essai montre que peu de tablettes proposent à la fois une interface et des applications réellement simplifiées.

Pour en savoir plus, consultez l’extrait de l’essai comparatif publié dans le n° 536 de 60 millions de consommateurs d’avril 2018 disponible sur le site de l‘INC ainsi que la vidéo du Consomag sur les tablettes seniors. 

Fin de vie : et si on en parlait ?

Publié le : 
19 octobre 2018
- Mis à jour le : 
19 octobre 2018

Le Centre national des soins palliatifs et de la fin de vie lance le site internet www.parlons-fin-de-vie.fr, source de référence en matière d’information et d’orientation du grand public sur les soins palliatifs et la fin de vie. En parallèle, une deuxième campagne d’information incite les Français à réfléchir à leurs volontés en matière de fin de vie, quel que soit leur âge.

Quels sont les droits en matière de fin de vie ?

Il est possible d’exprimer ses volontés en matière de fin de vie à travers la rédaction de directives anticipées et la désignation d’une personne de confiance.

Par ailleurs, la loi interdit l’obstination déraisonnable et donne le droit au patient de refuser des traitements et de demander lui-même une sédation profonde et continue jusqu’à son décès, s’il le souhaite et dans des conditions très strictes.

Un nouveau site de référence : www.parlons-fin-de-vie.fr

Le Centre national des soins palliatifs et de la fin de vie propose un nouveau site www.parlons-fin-de-vie.fr destiné au grand public et aux professionnels de santé, outil d’information unique de référence sur les soins palliatifs et la fin de vie.

Le site permet :

  • d’obtenir facilement des informations claires, fiables et utiles sur les soins palliatifs et la fin de vie ;
  • de fournir des outils adaptés pour permettre à chacun de réfléchir à sa fin de vie, d’en parler avec ses proches et/ou les professionnels ;
  • d’être orienté facilement et rapidement.

Pour découvrir le site, rendez-vous sur www.parlons-fin-de-vie.fr

Une campagne d’information à la télévision et sur les réseaux sociaux

Une première campagne d’information menée en 2017 a permis de faire progresser la connaissance par les Français de leurs droits en matière de fin de vie mais ils sont encore 40% à ne pas connaître l’existence d’une loi sur la fin de vie. 

C’est pourquoi le Centre national des soins palliatifs et de la fin de vie lance une nouvelle campagne nationale d’information, afin de renforcer l’efficacité́ de la première campagne.

L’objectif est de toucher davantage de personnes et d’inviter les Français à réfléchir à leur fin de vie, en parler avec leurs proches et avec les professionnels, et s’ils le souhaitent, à rédiger des directives anticipées.

Des spots sont diffusés du 14 octobre au 15 novembre sur les chaînes du groupe France Télévision et sur BFM TV et la campagne est relayée sur les réseaux sociaux, notamment Facebook.

Articles et dossiers associés: 

Il est possible de désigner une personne de confiance avant, pendant ou après une...

Un document écrit appelé « directives anticipées » permet d’anticiper une situation de...

Votre proche est en fin de vie. Comment l’accompagner au mieux, qu’il soit chez lui, en...

Les soins palliatifs sont des soins pratiqués par une équipe interdisciplinaire en institution...

Savoiraider.org : un site d’information pour mieux accompagner un proche âgé déficient visuel

Publié le : 
17 octobre 2018
- Mis à jour le : 
17 octobre 2018

La fédération des aveugles de France propose un nouveau site d’information destiné aux proches de personnes âgées déficientes visuelles. L’objectif est de leur permettre de mieux comprendre les conséquences de la cécité et de la malvoyance dans le quotidien de la personne qu’ils accompagnent afin de mieux l’aider.

site_savoiraider_aveugles_1.jpgEn France, plus de 1,2 million de personnes aveugles et malvoyantes ont plus de 60 ans. Le site Savoiraider.org a été développé par la Fédération des aveugles de France pour répondre aux besoins d’information accessible et compréhensible des personnes concernées et de leurs proches.

Le site propose des séquences d’informations et de conseils en ligne, afin de permettre aux aidants de mieux comprendre les conséquences de la cécité et de la malvoyance chez leurs proches, pour mieux les accompagner dans leur quotidien.

Les informations disponibles sont structurées de la manière suivante :

- une rubrique « Déficiences visuelles » pour comprendre les situations de malvoyance et leurs conséquences sur la vie quotidienne. Vous y trouverez des vidéos expliquant les conséquences des pathologies visuelles liées à l’âge (glaucome, cataracte, DMLA…) sur la vision

- une rubrique « Moi, aidant ? » pour se positionner en tant qu’aidant au quotidien

- une rubrique « Vie quotidienne » pour  connaître les modalités d’accompagnement, aménagements, … permettant le maintien de l’autonomie de la personne

- une rubrique « Aides et relais » pour connaître les dispositifs et soutiens extérieurs existants

A noter : pour accéder aux contenus vidéos et aux fiches d’information en ligne, il faut au préalable créer un compte.

Articles et dossiers associés: 

Les maladies des yeux qui surviennent avec l’âge comme la DMLA (dégénérescence maculaire liée à...

Accompagner un proche en perte d’autonomie bouleverse le quotidien. La survenue de la perte d’...

Aidants : le don de jours de repos entre collègues est désormais possible pour les fonctionnaires

Publié le : 
16 octobre 2018
- Mis à jour le : 
16 octobre 2018

Donner des jours de repos à un collègue aidant une personne âgée en perte d’autonomie était possible pour les salariés du privé depuis la loi du 13 février 2018. Un décret d’application vient d’étendre cette possibilité aux agents publics (civil, fonctionnaire ou contractuel, ou militaire).

La loi du 13 février 2018 a créé un dispositif de don de jours de repos non pris au bénéfice des proches aidants de personnes en perte d'autonomie ou en situation de handicap. Avant le vote de cette loi, seuls les salariés parents d’un enfant gravement malade pouvaient bénéficier du don de jours de repos de la part de leurs collègues.

Ce dispositif, entré immédiatement en vigueur pour les salariés du privé, est désormais accessible aux agents de la fonction publique.  Le décret d’application n° 2018-874 du 9 octobre 2018 a en effet précisé les modalités d’application du dispositif pour les fonctionnaires.

Ce don de jours de repos permet au salarié ou au fonctionnaire qui en bénéficie d'être rémunéré pendant qu’il s’occupe de son proche.

Qui peut donner des jours de congés ?

Tout agent peut donner des jours. Le don s'effectue de manière anonyme et sans contrepartie.

Combien de jours peut-on donner à un collègue proche aidant ?

Les jours qui peuvent être donnés sont :

  • les jours de RTT,
  • les jours de congés annuels.

Seuls les jours de congés au-delà de 20 jours peuvent être donnés : l'agent donateur doit prendre au moins 20 jours de congés par an.

Les jours de RTT et de congés annuels donnés peuvent être des jours épargnés sur un compte épargne temps.

Comment faire la démarche ?

L'agent qui donne un ou plusieurs jours de repos en informe par écrit son administration en précisant le nombre de jours qu'il souhaite donner.

Le don est définitif après accord de son chef de service.

Qui peut bénéficier du don ?

Les collègues qui peuvent bénéficier du don de jours de repos sont ceux qui viennent en aide à une personne atteinte d'une perte d'autonomie d'une particulière gravité ou présentant un handicap lorsque cette personne est :

  • le conjoint ou le concubin,
  • le partenaire avec qui le collègue a conclu un pacte civil de solidarité ou son concubin,
  • un ascendant ou un descendant,
  • un enfant dont il assume la charge,
  • un collatéral (les frères et sœurs, les oncles et tantes et leurs descendants) jusqu'au quatrième degré,
  • un ascendant, un descendant ou un collatéral jusqu'au quatrième degré de son conjoint, concubin ou partenaire lié par un pacte civil de solidarité,
  • une personne âgée ou handicapée avec laquelle il réside ou avec laquelle il entretient des liens étroits et stables, à qui il vient en aide de manière régulière et fréquente, à titre non professionnel, pour accomplir tout ou partie des actes ou des activités de la vie quotidienne.

Comment bénéficier d’un don de jours de repos ?

Il faut adresser une demande écrite à son administration en joignant à la demande un certificat médical détaillé sous pli confidentiel établi par le médecin qui suit la personne aidée.

Ce certificat atteste de la perte d'autonomie ou du handicap de la personne aidée.

L’agent doit également fournir une déclaration sur l'honneur de l'aide effective qu'il apporte à la personne aidée.

De combien de jours peut-on bénéficier ?

La durée du congé dont l'agent peut bénéficier au titre du don de jours de repos est plafonnée à 90 jours par an par personne aidée.

Pour en savoir plus :

L’article "Comment donner des jours de repos à un agent public parent d'un enfant malade ou aidant familial ?" sur service-public.fr.

Articles et dossiers associés: 

Comment concilier vie professionnelle et aide apportée à un proche en perte d’autonomie ?...

Aidants : le don de jours de repos entre collègues est autorisé

Donner des jours de repos à un collègue aidant une personne âgée en perte d’autonomie est...

La campagne de vaccination contre la grippe a débuté

Publié le : 
15 octobre 2018
- Mis à jour le : 
16 octobre 2018

La campagne de vaccination 2018-2019 a débuté le 6 octobre 2018. Le vaccin contre la grippe est recommandé et gratuit pour les personnes âgées de plus de 65 ans parce que la grippe peut avoir des conséquences plus graves pour les personnes fragiles.

Pourquoi est-il recommandé de se faire vacciner ?

Il est recommandé de se faire vacciner chaque année au début de l'automne, avant la circulation active des virus grippaux. L'arrivée de l'épidémie de grippe est imprévisible et peut se propager très rapidement. Il faut compter environ 15 jours entre le moment de la vaccination et le moment où l'on est protégé. C'est le temps nécessaire pour que le système immunitaire réagisse au vaccin.

La grippe est une maladie très contagieuse qui peut être grave, en particulier chez les personnes fragiles, comme les personnes âgées ou atteintes de certaines maladies chroniques, les femmes enceintes, les personnes obèses...  Des complications peuvent alors apparaître. Chaque année, la grippe est responsable d'hospitalisations, voire de décès.

Comment se faire vacciner ?

vaccin_grippe_2018.jpg

Les assurés pour qui la vaccination est recommandée, notamment les personnes de 65 ans et plus, reçoivent un bon de prise en charge de l’Assurance Maladie leur permettant de bénéficier gratuitement du vaccin.

Vous pouvez retirer votre vaccin à la pharmacie sur simple présentation du bon de prise en charge. Vous pouvez ensuite vous faire vacciner par le professionnel de santé de votre choix : infirmier (sans prescription médicale préalable) ou médecin.

Seul le vaccin antigrippal est pris en charge à 100 %. L’injection du vaccin est prise en charge dans les conditions habituelles.

A noter : Dans quatre régions (Auvergne-Rhône-Alpes, Nouvelle Aquitaine, Hauts-de-France, Occitanie) il est possible se faire vacciner par un pharmacien, sans prescription médicale préalable. ). Il s’agit d’une expérimentation.

Pour en savoir plus, consultez le site de l’Assurance maladie : La vaccination contre la grippe saisonnière.

Articles et dossiers associés: 

Quelles mesures pour lutter contre la grippe en EHPAD ?

Une épidémie de grippe peut avoir des conséquences graves en EHPAD (établissement d’hébergement...

Directement accessible, le pharmacien est un interlocuteur privilégié pour les personnes âgées...

Semaine bleue : semaine nationale des retraités et des personnes âgées

Publié le : 
10 octobre 2018
- Mis à jour le : 
16 octobre 2018

« Pour une société respectueuse de la planète : ensemble agissons ! » : des manifestations se déroulent partout en France jusqu’au 14 octobre autour de ce thème retenu pour l’édition 2018 de la Semaine bleue. Des prix ont été décernés à des acteurs de terrain pour récompenser leurs initiatives locales.

semaine_bleue_2018_1.jpgA l’occasion de la Semaine bleue qui a lieu du 8 au 14 octobre, des manifestations référencées sur une carte interactive sont organisées comme tous les ans pour sensibiliser le grand public :

- sur la contribution des retraités à la vie économique, sociale et culturelle,

- sur les préoccupations et difficultés rencontrées par les personnes âgées,

- sur les réalisations et projets des associations.

Un concours a récompensé les meilleures actions organisées à l’échelon d’un département, d’un canton, d’une commune, d’un établissement autour de la thématique de l’année « Pour une société respectueuse de la planète : ensemble agissons ! ». Six prix ont été décernés par les institutions participantes (Ministère des solidarités et de la Santé, Fondation de France, CNAV…).

Le projet « Le jardin pôtes’agés » du CCAS de Mourenx dans les Pyrénées-Atlantiques a par exemple été récompensé par le prix de la CNAV. Les personnes âgées de la ville sont invitées à participer à la réhabilitation du jardin potager situé au sein du restaurant scolaire en y plantant des légumes anciens.

Pour en savoir plus sur ce projet ainsi que les autres projets primés, consultez les résultats du concours sur le site de la semaine bleue.

6 octobre : Journée nationale des aidants

Publié le : 
5 octobre 2018
- Mis à jour le : 
8 octobre 2018

De nombreuses actions sont organisées partout en France autour du 6 octobre, journée nationale des aidants. Découvrez les actions organisées près de chez vous sur www.lajourneedesaidants.fr et consultez les informations sur les solutions pour les proches aidants sur www.pour-les-personnes-agees.gouv.fr

Le site www.lajournéedesaidants.fr recense les évènements organisés près de chez vous

A l’occasion de la journée nationale des aidants, des centaines d’événements seront organisés autour du 6 octobre par les acteurs engagés quotidiennement auprès des aidants de personnes âgées en perte d’autonomie ou de personnes en situation de handicaps.

Si vous souhaitez participer, vous pouvez prendre connaissance du programme des évènements près de chez vous en consultant la carte en ligne sur le site de la journée : www.lajourneedesaidants.fr

Des informations sur les solutions pour les proches aidants sur www.pour-les-personnes-agees.gouv.fr

La rubrique Aider un proche du portail pour-les-personnes-agees.gouv.fr présente les solutions pour les proches aidants : où trouver du soutien, comment concilier activité professionnelle et aide apportée à un proche en perte d’autonomie, comment faire pour avoir du temps libre, comment mettre en place des mesures de protection juridique…

Pour en savoir plus, consultez les articles de la rubrique Aider un proche.

Participez à la consultation citoyenne : comment mieux prendre soin de nos aînés ?

Publié le : 
1 octobre 2018
- Mis à jour le : 
11 octobre 2018

Le ministère des Solidarités et de la Santé lance une grande consultation citoyenne sur la prise en charge de la perte d’autonomie. Pendant deux mois, les Français vont pouvoir répondre à la question : “Comment mieux prendre soin de nos aînés ?”.

Une plateforme accessible du 1er octobre au 9 décembre 2018 à l’adresse suivante http://grande-consultation-aines.make.org/ va permettre aux Français de faire des propositions pour mieux prendre soin des personnes âgées. Tous les citoyens peuvent proposer une idée et se prononcer sur les idées formulées par les autres participants.

Les résultats de la consultation citoyenne viendront nourrir les travaux de la concertation nationale « Grand âge et autonomie » pilotée par Dominique Libault, qui doit rendre un rapport au gouvernement début 2019. Les propositions formulées à l’issue de ces travaux permettront au gouvernement de définir les contours de la réforme de la prise en charge du risque de perte d’autonomie lié au vieillissement.

La concertation nationale « Grand âge et autonomie » se déroulera de la façon suivante entre octobre 2018 et janvier 2019 :

  • une concertation citoyenne est mise en place via la plateforme http://grande-consultation-aines.make.org ;
  • des groupes d’expression et des entretiens individuels seront organisés pour recueillir la parole des personnes âgées, des familles et des professionnels ;
  • des forums se tiendront en régions pour permettre aux acteurs locaux de faire part de leurs attentes et de leurs analyses ;
  • 10 ateliers thématiques réuniront des représentants de l’Etat, des experts, des représentants associatifs et des représentants de fédérations d’usagers et de professionnels. A l’issue de ces ateliers, des conclusions seront formulées pour chacune de ces thématiques.