Flux RSS

S'abonner à Flux RSS S'abonner à Flux RSS S'abonner à Flux RSS

Grippe : début de la campagne de vaccination

Publié le : 
17 octobre 2019
- Mis à jour le : 
18 octobre 2019

La campagne de vaccination contre la grippe a débuté. Le vaccin contre la grippe est recommandé et gratuit pour les personnes âgées de plus de 65 ans parce que la grippe peut avoir des conséquences plus graves pour les personnes fragiles. Depuis cette année, il est possible de se faire vacciner par un pharmacien.

Pourquoi est-il recommandé de se faire vacciner ?

La grippe est une maladie très contagieuse qui peut être grave, en particulier chez les personnes fragiles, comme les personnes âgées ou atteintes de certaines maladies chroniques, les femmes enceintes, les personnes obèses...  Des complications peuvent alors apparaître. Chaque année, la grippe est responsable d'hospitalisations, voire de décès.

La vaccination permet :

  • de réduire le risque d’être contaminé par la grippe ;
  • de réduire le risque de faire des formes graves de la grippe.

Comment se faire vacciner ?

Le vaccin est gratuit pour les personnes fragiles invitées par l’Assurance Maladie, notamment les personnes de 65 ans et plus. Elles reçoivent un bon de prise en charge de l’Assurance Maladie et peuvent retirer directement et gratuitement leur vaccin en pharmacie sur simple présentation de leur bon.

Si vous avez reçu ce bon, vous pouvez vous faire vacciner par le professionnel de santé de votre choix : médecin, sage-femme, infirmier, pharmacien volontaire.

Si vous n’avez pas reçu de bon mais que vous êtes ciblé par les recommandations vaccinales vous pouvez vous adresser à votre médecin, infirmier, pharmacien ou sage-femme qui pourra vous en remettre un.

Pour en savoir plus, consultez le site de l’Assurance maladie : La grippe s’apprête à faire son retour : il est temps de se faire vacciner !

Il est désormais possible de se faire vacciner par un pharmacien

Cette année, dans toute la France, les pharmaciens volontaires et préalablement formés pourront vacciner les adultes ciblés par les recommandations vaccinales.

Les pharmacies peuvent le signaler en accrochant une affiche indiquant que des pharmaciens exerçant dans l’officine peuvent vacciner les adultes ciblés par les recommandations vaccinales.

Dénutrition : comment veiller à une bonne alimentation ?

Publié le : 
14 octobre 2019
- Mis à jour le : 
16 octobre 2019

Avec l’âge, il est fréquent que l’appétit diminue. On a tendance à croire qu’il faut moins manger alors que certains besoins nutritionnels augmentent. Comment veiller à une bonne alimentation et éviter la dénutrition ?

Veiller à son alimentation

Avec l’âge, le corps change, les besoins nutritionnels aussi. Contrairement à ce que l’on peut penser, les besoins nutritionnels des personnes âgées ne diffèrent pas de ceux des adultes. En revanche, les besoins en protéines sont plus importants en raison de la diminution des réserves  nutritionnelles, amoindries par la fonte musculaire due à l’âge.

Il est donc important de veiller à bien manger pour bien vieillir. Il n’y a pas vraiment de bons ou de mauvais aliments : aucun n’est interdit mais certains sont à privilégier et d’autres à limiter.

Pour en savoir plus, consultez l’article Les bienfaits d’une alimentation équilibrée sur pourbienvieillir.fr et les recommandations du programme nutrition santé pour les seniors.

Que faire en cas de dénutrition ?

Avec l’âge, il est fréquent que l’appétit diminue à cause d’un sentiment de satiété qui arrive plus vite, de la perte du goût, de la prise de médicaments qui coupent l’appétit … Une mauvaise santé bucco-dentaire peut également rendre la mastication difficile.

La dénutrition peut donc rapidement d’installer. Elle se traduit par une perte de poids, et notamment par une diminution de la masse musculaire. Cet affaiblissement peut s’avérer dangereux pour la santé. La dénutrition doit donc être détectée le plus tôt possible. Pour cela, il est recommandé de se peser régulièrement.

Si vous notez une perte de 2 kilos en un mois ou de 4 kilos au cours des 6 derniers mois, parlez-en à votre médecin. Si vous avez l’impression de flotter dans vos vêtements, c’est que vous avez dû perdre du poids. Demandez également conseil à votre médecin.

La dénutrition peut se traiter en enrichissant l’alimentation avec des produits de base : lait concentré entier, beurre fondu, crème fraîche, pâtes, semoule... Il est également possible d’augmenter la fréquence des prises alimentaires. On peut également ajouter des compléments alimentaires (crèmes dessert, boissons lactées et jus de fruit enrichis…).

Pour en savoir plus, consultez l’article consacré à la dénutrition sur le site du programme nutrition santé sur www.mangerbouger.fr.

Croq'âge : des ateliers pour sensibiliser les résidents au risque de dénutrition

Dans les Hauts-de-France, la Mutualité française a mis en place le programme Croq’âge, des ateliers animés par des professionnels de la santé et de la nutrition dans des résidences autonomie. Ils sont destinés à sensibiliser les résidents au risque de dénutrition et à sa prévention.

Le programme se décline en 9 ateliers : 3 ateliers consacrés à l’alimentation, 3 ateliers consacrés à l’hygiène bucco-dentaire, 3 ateliers consacrés aux liens entre médicaments et dénutrition.

Ils comportent un volet théorique pour que les résidents approfondissent leurs connaissances, et un volet pratique avec des mises en situation : réalisation de recettes équilibrées ou enrichies, analyse des prises médicamenteuses, repérage des problématiques dentaires….

Depuis 2017, une dizaine de résidences autonomie ont organisé le programme et l’ont proposé à leurs résidents, chaque atelier pouvant accueillir une douzaine de participants.

Articles et dossiers associés: 

La santé bucco-dentaire : un élément essentiel pour la qualité de vie

Le 20 mars a lieu la journée mondiale de la santé bucco-dentaire. C’est l’occasion de rappeler...

Bénéficier de portages de repas à domicile permet de continuer à manger des repas complets et...

Semaine bleue : « Pour une société respectueuse de la planète : ensemble agissons ! »

Publié le : 
7 octobre 2019
- Mis à jour le : 
7 octobre 2019

Du 7 au 13 octobre, à l’occasion de semaine des retraités et des personnes âgées, des manifestations se déroulent partout en France autour du thème « Pour une société respectueuse de la planète : ensemble agissons ! » retenu pour la 2ème année consécutive. Des prix ont été décernés à des acteurs de terrain pour récompenser leurs initiatives locales.

A l’occasion de la Semaine bleue qui a lieu du 7 au 13 octobre, des manifestations référencées sur une carte interactive sont organisées comme tous les ans pour sensibiliser le grand public :

  • à la contribution des retraités à la vie économique, sociale et culturelle,
  • aux préoccupations et difficultés rencontrées par les personnes âgées,
  • aux réalisations et projets des associations.
Un concours a récompensé les meilleures actions organisées à l’échelon d’un département, d’un canton, d’une commune, d’un établissement autour de la thématique retenue pour la 2ème année consécutive  « Pour une société respectueuse de la planète : ensemble agissons ! ». Six prix ont été décernés par les institutions participantes (Ministère des Solidarités et de la Santé, Fondation de France, CNAV…). En savoir plus sur les lauréats de l’édition 2019.

La parole aux aidants

Publié le : 
3 octobre 2019
- Mis à jour le : 
3 octobre 2019

Le 6 octobre est la journée nationale des aidants. C’est l’occasion d’entendre des aidants témoigner de l’importance du soutien extérieur. Leurs conseils : ne pas rester seul et se ménager des moments de pause.

Importance du soutien extérieur : témoignages en vidéo

Olof, aidant de son épouse en perte d’autonomie, et Anis, qui aide ses parents âgés, témoignent de l’importance de ne pas rester seul et de chercher du soutien à l’extérieur. Consultez les témoignages vidéos d’Olof et Anis.

« Aujourd’hui, je peux prendre du temps pour moi »

Isabelle Champion est aidante de sa mère malade d’Alzheimer et de son fils adolescent, atteint d’une maladie génétique rare. Elle parle de sa prise de conscience d’être une aidante et des changements que cela a introduits dans sa vie. Consultez l’interview d’Isabelle Champion.

De nombreuses actions sont organisées partout en France autour du 6 octobre, journée nationale des aidants. Découvrez les actions organisées près de chez vous sur www.lajourneedesaidants.fr.

Impôt sur le revenu : faut-il déclarer l’APA ?

Publié le : 
23 septembre 2019
- Mis à jour le : 
26 septembre 2019

Les montants que vous percevez au titre de l’APA (allocation personnalisée d’autonomie) à domicile ou en établissement ne sont pas à déclarer à l’administration fiscale. Si vous souhaitez bénéficier d’aides fiscales pour vos dépenses d’aide à domicile ou d’hébergement en EHPAD, l’APA est à soustraire des dépenses que vous déclarez.

L’APA n’est pas à déclarer

L'APA étant exonérée d’impôt, vous n’avez pas à reporter le montant d’APA reçu dans votre déclaration de revenus.

Crédit d’impôt pour les dépenses d’aide à domicile : l’APA est à soustraire des dépenses déclarées

Si vous bénéficiez de l’APA à domicile et que vous avez un reste à charge pour vos dépenses d’aide à domicile, vous pouvez bénéficier d’une aide fiscale sur le montant restant à votre charge, même si vous n’êtes pas imposable. Il s’agit d’un crédit d’impôt  égal à 50 % de vos dépenses annuelles d’aide à domicile restant à votre charge, déduction faite de l’APA. Vous trouverez toutes les précisions utiles sur dans l’article « Emploi à domicile » sur impôts.gouv.fr.

Réduction d’impôt pour les frais d’hébergement en EHPAD : l’APA est à soustraire des dépenses déclarées

Vous vivez en EHPAD. Vous pouvez bénéficier d’une réduction d’impôt égale à 25% des sommes réglées pour l’hébergement et la dépendance durant l’année avec un plafond à 10 000 € par personne hébergée. Il faut déduire du montant que vous déclarez les aides éventuellement perçues : APA et aides au logement. Vous trouverez toutes les précisions utiles dans la brochure pratique sur le site impôts.gouv.fr, rubrique Réductions et crédits d'impôt de la 2042 RICI.

Quelle est la différence entre un crédit d’impôt et une réduction fiscale ? 

Le crédit d'impôt permet de bénéficier d'un remboursement si le montant du crédit d’impôt est supérieur à celui de l'impôt à payer. Les personnes non imposables peuvent ainsi en bénéficier. 

La réduction d'impôt permet uniquement de diminuer ou d'annuler l'impôt à payer. Les personnes non imposables ne peuvent donc pas en bénéficier.

Articles et dossiers associés: 

Vous faites appel à un service d’aide à domicile ou vous employez directement une aide à...

Vous vivez en EHPAD (établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) ou...

Alzheimer : des solutions pour les malades et les aidants

Publié le : 
19 septembre 2019
- Mis à jour le : 
19 septembre 2019

Le 21 septembre est la journée mondiale Alzheimer. Des vidéos courtes « Ensemble pour l’autonomie » évoquent plusieurs solutions pour les malades et leurs aidants : les plateformes d’accompagnement et de répit et l’accueil de jour.

Des vidéos courtes « Ensemble pour l’autonomie », parrainées par le portail pour-les-personnes-agees.gouv.fr, ont été diffusées sur France Télévisions en 2018 et en 2019. Objectif : informer sur les aides et les droits pour faire face à une perte d’autonomie.

Deux vidéos mettent en scène Fernando et sa femme Blandine, atteinte de la maladie d’Alzheimer.

La vidéo : trouver du soutien quand on aide un proche malade

Fernando est parfois démuni face aux manifestations de la maladie d’Alzheimer de sa femme. Il découvre le soutien apporté aux aidants par les plateformes d’accompagnement et de répit dont les coordonnées sont disponibles dans l’annuaire des points d’information locaux du portail

  • Transcription textuelle - TXT

  • La vidéo : l’accueil de jour, un accompagnement adapté et un soutien pour les aidants

    Blandine, atteinte de la maladie d’Alzheimer, se rend dans un accueil de jour 2 après-midi par semaine. Elle participe à des ateliers thérapeutiques qui lui sont bénéfiques, ce qui permet à Fernando, son mari, de reprendre ses activités favorites. Les coordonnées de ces structures sont disponibles dans l’annuaire des accueils de jour du portail.

    Des actions de sensibilisation autour du 21 septembre

    A l’occasion de la journée mondiale Alzheimer, des actions sont organisées partout en France pour mieux faire comprendre la maladie et inciter à agir. Pour en savoir plus, consultez le programme sur  www.francealzheimer.org

    Articles et dossiers associés: 

    Pour permettre aux personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer de continuer à vivre chez elles...

    Alzheimer en EHPAD : quel accompagnement ?

    Vous cherchez un EHPAD (établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes)...

    Suicide des personnes âgées : oser en parler

    Publié le : 
    10 septembre 2019
    - Mis à jour le : 
    18 septembre 2019

    La journée mondiale de la prévention du suicide, le 10 septembre, est l’occasion de parler d’un sujet souvent passé sous silence : le suicide des personnes âgées de plus de 65 ans, qui  représentent la tranche de la population la plus à risque de décès par suicide. Focus sur une initiative mise en place en Bourgogne-Franche-Comté pour sensibiliser le public et libérer la parole.

    Les personnes âgées : une population à risque

    Le nombre de décès par suicide est faible comparé aux autres causes de décès chez les personnes âgées. Mais le risque de suicide est statistiquement très élevé par rapport aux autres tranches d’âge de la population.

    Par ailleurs, une personne âgée accomplissant un geste suicidaire est en général animée d’une détermination forte comme en témoignent les moyens fréquemment employés (précipitation d’un lieu élevé, armes à feu, pendaison). Son geste entraine le plus souvent son décès.

    Les principaux facteurs de risques identifiés sont :

    • le sentiment d’être isolé,
    • la dépression (souvent sous-traitée voire non traitée chez les personnes âgées),
    • une mauvaise santé,
    • la présence de troubles psychiques,
    • les situations de rupture (déménagement, deuil……).

    La bonne santé physique et psychique ainsi que le soutien social jouent un rôle protecteur fort vis-à-vis du risque suicidaire chez les personnes âgées.

    Oser en parler : un premier pas dans la prévention du suicide

    « Oser parler de ses idées de suicide, c’est se donner la possibilité de se faire aider et de trouver des solutions (soutien psychologique, lutte contre l’isolement, aide à l’autonomie, lutte contre une douleur physique...) » souligne le Psycom dans sa brochure « Santé mentale et vieillissement ».

    Pour sensibiliser au risque suicidaire chez les personnes âgées et libérer la parole, le pôle de gérontologie et d’innovation de Bourgogne – Franche-Comté s’est emparé de ce sujet. Depuis 2017, il a organisé 15 rencontres citoyennes dans le Doubs, en Haute-Saône et en Saône-et-Loire sur le thème : « Vous avez dit âgés ? On ne s’isole pas, on débat !  Citoyenneté, dépression, suicide chez les seniors : et si on en parlait ? ».

    Ces conférences ont été mises en place sur un mode participatif et ont permis des échanges sur différentes thématiques : le passage à la retraite, le mal-être psychique, la dépression, la prévention des addictions, l’estime de soi, l’annonce du diagnostic ou de l’aggravation de la situation, l’anticipation de la fin de vie, l’isolement, le veuvage, l’entrée en institution d’un proche...

    Oser en parler, pour contrecarrer l’idée reçue selon laquelle « parler avec une personne de ses intentions suicidaires, c’est faciliter son passage à l’acte ». Au contraire, c’est l’occasion pour la personne en souffrance de se sentir écoutée, et ainsi faciliter une demande d’aide et de soutien.
     

    Prévenir les chutes : un nouveau guide est disponible

    Publié le : 
    2 septembre 2019
    - Mis à jour le : 
    5 septembre 2019

    Un nouveau guide proposé par les caisses de retraite et Santé publique France donne des conseils pour bouger en toute sérénité et prévenir les chutes dans la vie quotidienne.

    guide_prevenir_chute_santepubliquefrance_1.jpg

    Le guide « Bouger en toute sérénité : prévenir les chutes dans la vie quotidienne » donne des conseils pour prévenir les chutes résumés en 18 points. Il s'agit d'adopter de bonnes habitudes et créer un environnement sûr chez soi :

    - entretenir son équilibre au quotidien en pratiquant une activité physique adaptée : l’équilibre réduit le risque de chute et renforce l’autonomie et la qualité de vie ;

    - aménager son logement pour le rendre plus sûr ;

    - faire attention aux risques de chute liés à la fragilité : maladie chronique, baisse de la vue et de l’audition, sédentarité…

    - bien réagir en cas de chute : se relever et se remettre à ses activités habituelles.

    Miser sur la sécurité

    1. Acquérir des stratégies sécuritaires dans les gestes de la vie quotidienne.

    2. Limiter la consommation de boissons alcoolisées.

    3. Porter des chaussures adaptées.

    4. Savoir gérer son traitement au quotidien.

    5. Être capable de se relever seul(e) et d’alerter en cas de chute

    Se prendre en charge

    6. Connaître ses maladies (diabète, cholestérol, maladies cardiovasculaires…) et savoir reconnaître les troubles qu’elles peuvent susciter.

    7. Reconnaître les facteurs de risque de chutes et, parmi eux, ceux qui sont modifiables.

    8. Pratiquer une activité physique adaptée et régulière.

    9. Travailler son équilibre tous les jours.

    10. Aménager le domicile pour limiter les risques de chute.

    11. Intégrer les aides techniques dans ses habitudes de vie.

    12. Veiller à une alimentation bien équilibrée et consommer suffisamment de produits lactés.

    13. Savoir à qui et où s’adresser pour bien soigner ses pieds.

    14. Connaître le rôle des médicaments et adopter un comportement sécuritaire vis-à-vis de la prise des médicaments.

    15. Faire vérifier la vue une fois par an.

    S’entourer

    16. Reprendre confiance en soi dans ses activités quotidiennes.

    17. Identifier les ressources et faire appel à son réseau de proximité en cas de nécessité.

    18. Savoir alerter et s’installer confortablement en attendant les secours en cas d’impossibilité de se relever du sol.

    Pour aller plus loin, consultez l’article et les vidéos dédiées à l’entretien de l’équilibre sur www.pourbienvieillir.fr

    Articles et dossiers associés: 

    Prévenir les chutes : des conseils en vidéo
    Henriette craint de chuter dans son escalier. Une ergothérapeute mandatée par sa caisse de...

    Vous avancez en âge et vous souhaitez continuer à vivre chez vous le plus longtemps possible....

    Une gamme très variée d’aides et d’équipements existe pour continuer à vivre chez soi malgré les...

    Sport à la maison : l’exemple d’Yves, atteint de la maladie de Parkinson

    Publié le : 
    13 août 2019
    - Mis à jour le : 
    13 août 2019

    Yves, 75 ans, reçoit chez lui Sonia, enseignante en activité physiques adaptées, depuis 6 mois. Son médecin lui a indiqué que l’activité physique peut lui faire du bien et atténuer les effets de la maladie de Parkinson sur son quotidien.

    Articles et dossiers associés: 

    Vous êtes atteint de la maladie de Parkinson. Comment continuer à vivre chez vous malgré la...

    Recréer du lien social : des exemples en vidéo

    Publié le : 
    1 août 2019
    - Mis à jour le : 
    1 août 2019

    Kim et Gaël, deux jeunes membres d'une association, accompagnent Solange à la bibliothèque. Ils l’aident à porter ses livres et échangent avec elle sur leurs lectures. Les deux jeunes bénévoles participent également à un atelier cuisine avec les résidents d’un EHPAD.