Les aides en hébergement temporaire

Publié le : 
8 janvier 2018
- Mis à jour le : 
19 janvier 2018

Des aides financières peuvent vous aider à payer les frais d’un séjour en hébergement temporaire en établissement ou en accueil familial.

Les solutions temporaires d’hébergement en cas d’absence des proches aidants ou en cas de besoin ponctuel permettent à une personne âgée d’être accompagnée pendant un certain temps par des professionnels avant de revenir à son domicile dans de meilleures conditions.

L’hébergement temporaire peut se dérouler en EHPAD (établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) ou en accueil familial.

En fonction de votre situation, différentes aides peuvent être mobilisées pour financer les frais d’hébergement temporaire. Vous trouverez des informations générales sur ces différentes aides ci-dessous. Pour des informations plus personnalisées, nous vous invitons à contacter le service en charge de l’aide aux personnes âgées du conseil départemental ou votre point d’information local dédié aux personnes âgées

Vous bénéficiez de l’APA à domicile : une partie des frais d’hébergement temporaire peuvent être inscrits dans le plan d’aide APA à domicile

Si vous bénéficiez de l’APA (allocation personnalisée d’autonomie) à domicile, une partie ou la totalité du coût d’un séjour temporaire en établissement d’hébergement ou chez un accueillant familial peut être prise en charge par l’APA à domicile. Cette dépense va être inscrite dans le plan d’aide proposé par l’équipe médico-sociale APA.

Si vous souhaitez effectuer un séjour en hébergement temporaire et que vous bénéficiez déjà de l’APA à domicile, vous pouvez contacter l’équipe médico-sociale APA du conseil départemental pour lui demander d’étudier votre souhait.

Le plan d’aide APA est le document où sont inscrites les dépenses nécessaires au maintien de votre autonomie prises en charge par l’APA.

Les plans d’aide sont plafonnés. Par exemple, le plan d’aide d’une personne en GIR 3 ne peut pas dépasser  997,85 € par mois. Cela signifie que le montant des dépenses inscrit dans le plan d’aide ne peut pas dépasser 997,85€.

Une aide supplémentaire si le plafond du plan d’aide APA est atteint

Si le plafond du plan d’aide APA est atteint, il est possible de bénéficier d’une enveloppe maximale de 501,69 € supplémentaire sur un an pour aider à financer des aides additionnelles, comme un séjour en hébergement temporaire. Ces aides additionnelles doivent avoir pour but de permettre au proche aidant de la personne âgée en perte d’autonomie de se reposer ou de pouvoir s’absenter. Il s’agit du droit au répit pour les proches aidants créé par la loi d’adaptation de la société au vieillissement.

A noter : La loi donne une définition du proche aidant d’une personne âgée en perte d’autonomie.

Il s’agit :

  • du conjoint,
  • du partenaire avec qui la personne âgée en perte d’autonomie a conclu un pacte civil de solidarité ou son concubin,
  • un parent,
  • un allié ou une personne résidant avec elle ou entretenant avec elle des liens étroits et stables comme un voisin ou un ami,

qui lui apporte son aide pour une partie ou la totalité des actes de la vie quotidienne de manière régulière et à titre non professionnel.

Les proches aidants concernés par le droit au répit sont les proches aidants correspondant à cette définition et qui apportent à la personne aidée une aide indispensable pour son maintien à domicile.

Une aide supplémentaire au-delà des plafonds de l’APA en cas d’hospitalisation

De la même façon, une aide ponctuelle peut être accordée pour financer des aides dépenses supplémentaires, comme un hébergement temporaire en EHPAD ou en accueil familial, en cas d’hospitalisation du proche aidant qui ne peut être remplacé et dont la présence ou dont l’aide est indispensable à la vie à domicile. Son montant peut atteindre jusqu’à 996,74 euros au-delà des plafonds de l’APA à domicile.

La demande doit être faite au président du conseil départemental dès que possible. En cas d’hospitalisation programmée, la demande doit être faite au plus tard un mois avant la date de l’hospitalisation.

Vous ne bénéficiez pas de l’APA à domicile : vous pouvez faire une demande d’APA en établissement pour un hébergement temporaire dans un EHPAD

Si vous ne bénéficiez pas de l’APA à domicile, vous pouvez bénéficier de l’APA en établissement, si vous remplissez les conditions, pour financer une partie de votre séjour en hébergement temporaire en EHPAD.

Vous pouvez également demander l’ASH (aide sociale à l’hébergement) en établissement en complément. Pour en savoir plus consultez l’article « l’ASH en établissement ».

Vous ne bénéficiez pas de l’APA à domicile : vous pouvez faire une demande d’APA à domicile pour un hébergement temporaire chez des accueillants familiaux

Si vous souhaitez effectuer un séjour en hébergement temporaire en accueil familial et que vous ne bénéficiez pas de l’APA à domicile, vous pouvez faire une demande d’APA à domicile. Pour en savoir plus sur les démarches à réaliser et les critères pour en bénéficier, consulter l’article L’APA à domicile.

Vous n’êtes pas éligible à l’APA : vous pouvez demander l’ASH (aide sociale à l’hébergement)

Si vous n’êtes pas éligible à l’APA, vous pouvez demander l’ASH (aide sociale à l’hébergement). Pour en savoir plus, consultez le dossier « Faire une demande d’aide sociale à l’hébergement » et l’article « L’ASH en accueil familial ».

Les aides des caisses de retraite et des complémentaires santé

Les caisses de retraite complémentaires ou les complémentaires santé peuvent parfois contribuer à financer une partie du coût de l’hébergement temporaire.

Renseignez-vous auprès de votre caisse de retraite complémentaire et de votre complémentaire santé pour savoir si elles proposent ce type d’aides.

Trouver un hébergement temporaire

Pour trouver un hébergement temporaire, consultez l’annuaire des hébergements temporaires du portail

Le portail ne dispose pas d’un annuaire des accueillants familiaux. Pour obtenir une liste des accueillants familiaux, adressez-vous au conseil départemental.